google.com, pub-3555015365411803, DIRECT, f08c47fec0942fa0 google.com, pub-3555015365411803, DIRECT, f08c47fec0942fa0 google.com, pub-3555015365411803, DIRECT, f08c47fec0942fa0 google.com, pub-3555015365411803, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Le livre de Noël...

C'est un livre qui part en morceaux.

Les pages se délitent; se libèrent du corset de la couverture broché. Lire ce livre, c'est risquer de le perdre.


Je l'ai reçu il y a deux ans en cadeau de Noël. Objet sauvé des oubliettes, il contient la mémoire d'autres fêtes.

Le livre a été offert en 1919 pour deux enfants: Emmy et Romi. Leur prénom s'habille d'encre de Chine. Le M prend son envol. Le point sur le -i- se calligraphie.


Comme il devait être précieux ce livre à cette époque 1919! Juste après la guerre, il a dû boire quelques larmes!

Certains contes sont ici désuets. D'autres pourraient encore se lire à haute voix. J'ai particulièrement aimé l'histoire du Soulier de Jean-Marie (une histoire de partage).

1919 était un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Un temps où la culture était un essentiel pour guérir doucement les chagrins.

Avec ce livre, j'ai eu mon moment de poésie. J'aurai dû en profiter d'avantage; respirer plus fort le parfum de grenier de ces pages fragiles.